Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le-rhinoceros-regarde-la-lune

oculistiques 7 les instruments-la réfraction

3 Mars 2009 , Rédigé par zigmund Publié dans #oeil et regard

                                              http://www.laquadrature.net/HADOPI                                                                 
(ce lien n'a que peu à voir avec ce blog...quoique...
si le sujet vous est important, réagissez vite

                                                      Au début  il y a L'ARK (je ne sais pas de quoi c'est l'abréviation) ou réfractomètre automatique.



Le patient voit au bout d'une route une montgolfière rouge qui devient floue pendant que la machine  calcule la "pointure "des lunettes , c'est à dire la réfraction
(un de mes collègues raconte qu'une  patiente lui a dit avoir vu  "la sainte vierge" au lieu de notre OVRI*)
Je manipule un joystick pour centrer le rayon lumineux sur la pupille(donc faut ni parler ni  bouger!)(çà vous a un petit côté stars war agréable), et au bout de quelques secondes un ticket sort de la machine qui vous donne une idée des  verres qui pourraient aller.
Bon, dès  que la machine a fini son boulot, c'est à moi de bosser.
(Si votre oph est du genre pressé ou  peu consciencieux, la prestation s'arrête là  ou quasi : suffit de recopier la formule du ticket sur une ordonnance et "roulez petits bolides ! ").
Donc disais-je, au travail Zigmund ! 
A partir de là, vous avez le  choix, soit les montures d'essai à l'ancienne que les patients surnomment "l'aveu"**,soit le "beau" et très cher réfracteur que je m'offrirai peut être un jour.

Le réfracteur a un intérêt énorme qui justifie son prix, il ne fatigue pas les épaules.
Il y en a un à l'hopital et je fais des efforts pour l'apprivoiser (il a des allures de martien, ou plutôt de robot pas futé).

Chez moi, je continue à l'ancienne avec mes montures "aveu" qui blessent et mon "piano" c'est à dire ma boite de verres, ma fidèle compagne depuis bien longtemps.
Vous pouvez ricaner, c'est un grand plaisir que de manipuler chacun des verres de cette boîte, de les nettoyer ,de tenter de les ranger au fur et à mesure. Parfois, pressé ou stressé, je me laisse dépasser par les évènements, alors, les verres s'accumulent en un tas informe, lamentable.(dans ces moments je me souviens avec émotion d'un de mes maîtres, un monsieur très digne, qui venait juste d'expliquer à plusieurs étudiants l'importance du rangement des verres au fur et à mesure, quand son regard s'est porté sur un box où un étudiant avait laissé un tas énorme. de verres d'essai..je revois son regard incrédule et l'éclat de rire général devant ce beau contre exemple.)
 

Si on laisse de côté le cas du jeune enfant, quel que soit le matériel utilisé, deux personnes conjuguent leurs efforts pour tester les verres, le patient et l'ophtalmo. A un moment ou un autre, il vous faudra donner votre avis, le plus souvent en répondant à la question "comme çà, c'est mieux ou moins bien ?"(qu'avec le verre d'avant évidemment !) .
C'est une chose très difficile pour le patient  de comprendre
que l'oph s'intéresse bien plus au verre choisi qu'à ce que lit la personne. Le tableau, dites vous bien que votre oph le sait par coeur et que ce ne sont pas vos erreurs de lecture qui l'intéressent mais le choix du verre. Pour le commun de mortels l'achat d'une paire de  binocles plombe bien un budget, donc mieux vaut être attentif. On est deux à choisir les verres, si le médecin ne fignole pas assez, (sauf quelques cas très simples), ou si  vous répondez n'importe quoi pour qu'on vous fiche la paix, on risque le ratage de verre, ce qui est  très dommage pour vos sous. 
Bien sûr "il y a des reflets", vous avez les yeux larmoyants, et vous savez trouver plein de bonnes raisons d'éviter de répondre à la question fondamentale que je pose : "vous préférez avec ce verre là ou avec celui là ? " (comme si le marchand de chaussures vous demandait si vous êtes mieux dans le 42 ou le 43...ôtez moi d'un doute il n'y a que vous qui savez comment vous êtes dans vos chaussures, non ?..) 
Pour ne pas faire trop long sur le sujet disons que "faire des lunettes"  c'est à la fois très simple, presque autant que choisir une taille pour ses vêtements, et très compliqué quand il faut fignoler un peu comme un tailleur qui ferait du "sur mesure" .
Ben , une fois qu'on a fini cette phase de réfraction, on passera à la partie médicale pure de l'examen.
Certains de ceux qui sont restés courageusement jusqu'ici se demandent peut être   en vrac
-pourquoi ne pas aller directement voir l'opticien ?
-puisque c'est compliqué d'aller chez l'oph etc...etc et pourquoi on peut pas avoir rendez vous hein? (that is THE question)
-comment on fait pour faire les lunettes des  bébés et des enfants ?
-et quand on sait pas lire hein ?
 Cool !  si çà vous intéresse, on y reviendra c'est promis.
Mais là , je dois porter  un grog aux  divers grippés adultes  de l'Escale. 


*OVRI= objet volant relativement identifié

** par référence au film de Costa Gavras avec Yves Montant bien sûr 

Partager cet article

Commenter cet article

Berthoise 08/03/2009 07:41

Avis d'une patiente : c'est bien comme ça que ça se passe.
Question : quel est cet instrument qui souffle dans l'œil ?

berthold 08/03/2009 08:09


c'est un tonomètre à air qui mesure la tension de l'oeil sans y toucher, le mien est en panne(le réparateur a demandé une somme folle et je n'ai pas de plan B...)
l'autre moyen de prendre la tension de l'oeil c'est de poser après anesthésie un cône sur l'oeil, c'est plus fiable et çà tombe pas en panne, mais les patients aiment moins...