Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le-rhinoceros-regarde-la-lune

voyages à éclipses

3 Juin 2009 , Rédigé par Zigmund Publié dans #voyage

ceci est ma réponse à la consigne #63 du défi du samedi
le thème en est "le carnet de voyage"
comme je ne sais pas dessiner, et que mes notes de voyage sont illisibles, j'ai envoyé ce texte  résumé de deux voyages et ces qq photos.
les autres textes sont là
 (et sont édités tous les jours jusqu'à samedi 6 juin) 
  


   De mon enfance méditerranéenne, je me souviens de mon intérêt précoce et  étrange  pour le pays du Milieu.

 Exilé sans retour possible, peu après ma première  éclipse totale de soleil inoubliable,  j’ai longtemps cherché un pays à aimer...

     Un grand morceau d’existence plus tard,  je me lance dans l’apprentissage de la langue et me voilà dans l’avion pour Pékin, avec cinq amis  réunis entre autres  par la pratique du tai-chi-chuan.

    Première image désolante : le ciel est  gris : « j’aurais traversé le quart de la planète,  pour qu’il pleuve ? » mais non,  il ne pleut pas, ce n’est que la pollution, ( !) et dès la sortie, la chaleur humide étouffante m’étreint,  « jamais je ne supporterai  3 semaines comme çà ! ».

   Le choc est à la mesure de l’attente : la foule, partout,  les façades grises de poussière, la foule encore, les vélos…

    Choisi par notre amie traductrice, notre hôtel  est un petit bijou caché au fond d’une ruelle ancienne (çà s’appelle  un hutong).  A partir de ce vieux quartier insalubre mais  hélas destiné aux bulldozers, nous découvrons la ville, les petites échoppes où nous faisons sensation (les longs-nez sont rares par  ici), la  librairie où je caresse chaque ouvrage sans en comprendre la signification, les coiffeurs de rue, les petits restaurants et les parcs.

   Pas terrible l’idée de visiter la cité interdite un dimanche d'été : toute la Chine est là avec la même intention ; il faut se faufiler entre les vendeurs de cartes postales, d’eau, éviter de gâcher les  "photos à la chinoise " : tout le monde se groupe debout devant le monument, pose, sourit (ne me demandez pas comment on dit "ouistiti" -"sex" en chinois) et voila un beau souvenir dans la boîte.

   Non loin de la place Tian an men, se trouve le mur des minorités, c’est devant ce mur que je demande à être pris en photo en tant que minorité chinoise à moi tout seul.

  Au palais d’été, nous avons loué des pédalos pour une ballade sur le lac Kumming  et attiré contre nos embarcations, des familles en mal de batailles navales clamant sans doute : « à l’attaque ! Sus aux  « lao wai » !  (=étrangers)

Bravitude requise pour escalader  la grande Muraille au soleil de midi et échapper aux marchands de souvenirs.

   Peu connu,  le Ritan parc situé dans le quartier russe. Là, nous pouvons enfin nous fondre dans la foule sans être dévisagés ; là, nous essayons de déchiffrer les enseignes en cyrillique, c'est un petit coin d'"Europe" à Pékin. A l'entrée du parc, les hangars pleins des ballots de vêtements et de tissus destinés à  l'Europe de l'Est sont impressionnants.

Dans le parc, c'est de nouveau la Chine,  quelques pratiquants de Taiji quan, une maison de thé où on prend plaisir à s'éterniser, un bassin à poissons rouges où les enfants viennent pêcher leur futur compagnon, un kiosque à musique où un isolé étudie le saxo, des gens qui chantent, qui dansent ou  qui jouent aux échecs chinois.  Il y a surtout une   grande aire centrale  délimitée par un mur circulaire percé de quatre portes : là, se rencontrent les "papis cerfs-volants". Pour moi qui n'ai jamais réussi à faire voler les nombreux "inutiles pas volants" qui encombrent ma voiture, c'est fascinant, voire même un peu vexant. On pose le cerf volant contre le mur à un endroit précis on s'éloigne tranquillement en déroulant la ficelle à environ 10 mètres, on donne une micro secousse et la chose vole déjà loin par magie. Après, on s'assoit sur un pliant et on discute avec les copains en surveillant son œuvre haut dans le ciel.

 

L’achat  des billets de train met  à rude épreuve les nerfs de notre traductrice. On se heurte à un mur administratif,  teinté de racisme,  pas d’explication : « mei you » : y’en a pas…admettons… mais alors pourquoi le train dans lequel nous prenons place après d’épuisantes négociations n’est il pas plein ?

L’armée enterrée de Xi'an  est une merveille, pour  faire abstraction de  la foule bruyante, je m’étais collé le Messie de Haendel  sur les oreilles, et je me suis promené virtuellement très près (se munir de jumelles+++) de ces soldats de terre cuite  loin du  monde extérieur.

Quelques heures d’avion et nous voilà plus à l’ouest vers Xiahe et ses monastères. C’est la plus belle partie du voyage et malheureusement la plus courte, c’est aussi la plus dangereuse, elle se fait en car sur des routes approximatives, boueuses, où nous avons la sensation de risquer notre peau à chaque virage.

Pour nous donner du courage  pendant le trajet,  nous chantions des chansons de Brassens (les paillardes de préférence-finalement, c’est bien de parler une langue « rare »)   Autour des temples, nous avons fait tourner les moulins à prières en prévision du voyage de retour.

Le retour à la civilisation( ?) est trop rapide.

A Chengdu,  les filles font du shopping,  je  me fais humilier dans une partie de go, je distribue des origamis, et je fais tourner mes toupies optiques dans les parcs,  j’offre des graines de roses trémières (c’est peut être interdit,  je l’ignorais).

Nous mangeons toujours dans des petits restaurants sympas à l’hygiène approximative. D’un de nos délicieux sandwichs  à la viande se sont échappées des dents de rongeur…

Comme partout, les patrons de restaurant bombardent notre traductrice de questions indiscrètes, et rigolent de son impeccable accent taïwanais. (Imaginez un chinois parlant français avec un accent méridional). Et pendant qu’elle répond, sa soupe refroidit et sa bière se réchauffe.

 

Je suis le seul (hors la traductrice) à avoir voulu  y retourner, malgré de grosses  déceptions,  des petites  galères mémorables, et  de temps en temps,  un trop plein de  chinois !

 Trois ans après,  j’ai refait ce voyage  simplifié accompagné de mes fils,  et  là, c’était moi  le seul traducteur malgré mon chinois squelettique.

 

Juste avant ce voyage  nous avions pu voir l’éclipse solaire totale de 1999, une merveille, tout simplement.

Et si je vous parle de cette éclipse c’est que la prochaine le 22 juillet 2009 a lieu en Chine entre Chengdu et Shanghai, et que depuis dix ans je me suis promis de ne pas rater ce rendez vous magique.

Partager cet article

Commenter cet article

joye 06/06/2009 15:48

Je souris toujours en me rappelant qu'à la place Tian-Men (je l'écris mal, je sais), plusieurs soldats ont voulu se faire photographier avec moi et ma copine, des blondes (et elle très nordique, en plus). C'était drôlatique.

joye 06/06/2009 15:48

Je souris toujours en me rappelant qu'à la place Tian-Men (je l'écris mal, je sais), plusieurs soldats ont voulu se faire photographier avec moi et ma copine, des blondes (et elle très nordique, en plus). C'était drôlatique.

Zigmund 06/06/2009 16:10


nous avons eu le même problème, à la cité interdite, et aussi au palais d'été. il y a même un prof de tai chi qui s'est fait prendre en photo avec moi style : "les étrangers viennent de loin pour
faire du tai chi avec moi" 
une grande femme blonde de notre groupe est allée en campagne et là une vielle dame n'arrétait pas de la toucher le guide lui a dit qu'elle avait du mal à croire qu'une femme puisse
être si grande et costaud.
En 99 mon fils ainé ressemblait vaguement à Zidane, d'où gros attroupements et photos dans les hutongs 


joye 06/06/2009 00:46

Re-bravo !

Je retrouverais bien la Chine moi aussi, mais je sais que le pays a beaucoup, beaucoup changé dans ces dernières années (et pas tout pour le meilleur si je peux croire tout ce que j'entends à la radio...).

Je verrais bien Shang-Haï et Hong Kong, pour sûr, et pour le reste, ce serait très sympa d'y aller vivre un peu parmi les habitants au lieu de voyager en touriste, je pense que c'est toujours plus sympa ainsi.

Zigmund 06/06/2009 08:38


effectivement certaines évolutions du pays me déplaisent. ai vu Hong Kong avnt la retrocession, j'ai aimé contre toute attente. pour shang hai je verrai  , ai choisi un hotel simple(mais luxe
par rapport au salaire d'un chinois), ai qq vagues contacts en chine mais il est difficile de s'inviter.
une fois là bas j'ai l'intention de fuir les endroits fréquentés par les étrangers  prendre le bus pour m'éloigner de la ville ou  essayer de me fondre dans la foule (ce qui n'est
pas facile quand on est blanc)


Berthoise 05/06/2009 23:04

Cet été, vous retournez là-bas ?
Beau voyage en perspective.

Zigmund 06/06/2009 00:00


je l'espère, je prépare çà depuis 10 ans et maintenant que çà approche il y a plein d'obstacles et de blocages ("psy") je crois bien que çà va se faire mais seulement 8 jours et à Shanghai
juste pour voir "mon "éclipse.mon "chinois" est au point mort çà me désole un peu...mais je serai content de tenir ma promesse de 99 de voir cette éclipse.si j'avais eu les "supérieurs"(car les
moyens ne suffisent pas) je serais allé la voir au japon où elle dure plus longtemps.(celle de 99 je l'ai vue dans l'aisne avec un coup de bol énorme : trouée de ciel bleu dans un ciel nuageux pile
poil au bon moment.


madame de K 04/06/2009 08:05

Comment peut-on être assez fou pour se lancer dans l'apprentissage du chinois ? Un quelconque résultat, même squelettique, mérite une révérence à ras de terre !
;-)

Zigmund 04/06/2009 23:48



quand j'étais enfant, j'entendais dire qu'une vie entière était insuffisante pour apprendre le chinois.
disons qu'arrivé à un certain age j'ai  put être voulu prolonger ma vie. en me lançant dans cette aventure... pour l'instant je stagne lamentablement et manque de courage et de temps(suis
tombé dans le piège d'internet )